laboratoire d'idées

Bricolage, arts plastiques, pensées intimes, couture, cuisine... ce blog est un laboratoire d'idées où je peux noter ce qui me passe par la tête pour ne rien oublier et répertorier mes créations et mes bonnes adresses.

vendredi 17 septembre 2010

Tous les Hommes sont seuls. Je suis un Homme. Je suis seule.

La vie est par définition remplie de déceptions. Tout simplement parce que nous sommes seuls, une foule d'individus seuls dans leur propre corps, réunis en groupes, famille, amis, travail, origines, religions, mode de vie, lieu de vie... qui pensons les mêmes choses pour la plupart à quelques nuances près, mais jamais aux mêmes moments.

Dès fois il arrive que deux individus soient sur la même longueur d'onde au même instant, et il nait en général un amour ou une amitié. L'euphorie que cela provoque est chez moi une pure extase, une sensation de bien être intense; mais une fois que les préoccupations des deux individus changent, c'est là que la solitude a le gout le plus amer.
La déception est grande parce qu'une personne n'est jamais réellement comme on se l'imagine, comme elle nous le décrit, pour une raison assez simple, c'est que les mots que nous employons pour communiquer ne veulent jamais vraiment dire ce à quoi nous pensons; vous aurez beau décrire un objet à des aveugles pendant des heures, chaque aveugle se représentera l'objet différemment.

Il faut alors faire des compromis, accepter que l'autre ne soit pas comme nous, accepter d'être seul. Quel tristesse.
Il y a ceux qui, comme moi, y pensent chaque jour, à en devenir las.
On pourrait dire que c'est un enrichissement, que c'est à travers ça qu'on évolue, on pourrait le dire.

Chaque nouvelle déception me fend le cœur, j'aimerais un jour trouver quelqu'un qui, non pas pense comme moi, mais qui fonctionne comme moi, dans tous les domaines, j'aimerais un jour me dire que je ne suis pas seule.

Et pour en revenir aux schémas familiaux pour la plupart inconscients cités dans l'article précédent, je me dis que si je n'étais pas si maso (une des croix que je porte malgré moi) je ne lierais pas des relations avec des personnes sadiques.

Posté par sous_le_coude à 01:46 - labo d'idées (moi je...) - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • Tu recherches un siamois, c' est une quête légitime mais impossible. Car l'autre par définition c'est l'altérité, et lorsque tu dis "vous aurez beau décrire un objet à des aveugles pendant des heures, chaque aveugle se représentera l'objet différemment"je trouve ça merveilleux, c'est comme les phonèmes qui créés des quiproquos, des fous rires! Je trouve que c'est une richesse que l'autre a par rapport à nous et nous par rapport à l'autre, cette interprétation qui nous est propre ! Mon amoureux est radicalement différent de moi, finalement c'est très reposant, ça arrondi les angles, et surtout ça me rassure car si j'étais avec quelqu'un qui fonctionne comme moi nous nous déchirerions! Alors oui il y a le compromis, mais c'est la condition pour vivre avec l'Autre, non ?

    Posté par lunatique, mardi 5 octobre 2010 à 10:55
  • je comprends ton raisonnement et j'aimerais vraiment le partager, j'aurais été beaucoup plus épanouie. Les différences sont un enrichissement que j'aime, ça c'est sur, mais il n'empêche qu'elles nous rendent seuls.

    Posté par pauline, mardi 5 octobre 2010 à 15:08

Poster un commentaire